Conférence : Les francs-maçons de Bruyères au siècle des Lumières

Jack Chollet, lors de sa conférence, nous a fait partager la naissance de la Franc-Maçonnerie cette fois à Bruyères grâce à son ouvrage « ces bons messieurs de Martimprey »

Dans son exposé intitulé «  Les francs-maçons de Bruyères, épris de l’esprit des lumières, face à la dévôterie » Il nous raconte la création de la première loge « Saint -Jean-la-Parfaite-Amitié » en 1768.

Le séjour à Bruyères du philosophe et futur Franc-Maçon Marmontel, les conversations fructueuses qu’il a pu avoir avec les seigneurs de Martimprey et la bourgeoisie locale en mal d’idées neuves, mais aussi avec beaucoup d’humour l’Affaire du théâtre.

Cette affaire défraie la chronique locale de Bruyères en cette année 1764; car si le débat sur la moralité des spectacles de tréteaux semble aujourd’hui bien dépassé, il n’en fut pas de même au moment de la demande de construction d’un théâtre par la jeunesse de la ville.

La chambre et le conseil de police assemblés le 17/11/1764 donnent leur accord pour élever en cette ville un théâtre permanent afin de proposer gratuitement des pièces dramatiques.

Mais c’était sans compter avec les capucins, le curé, le vicaire !
Un front anti théâtre se créa dans la ville appuyé par les dévotes de la ville et renforcé par l’intervention du curé de Sainte-Marie-aux-Mines.

Rien n’y fit, la dévoterie eu raison de ce projet grandiose porté par la jeunesse, les gazettes s’emparèrent de l’affaire sans pour autant obtenir une issue favorable.

Une seconde anecdote nous conte les aventures du curé Sibille qui avait cessé de dénoncer les prêtres réfractaires, qui fut fondateur de la Société des amis de la république, et qui plus tard va démissionner pour finalement se marier en grande pompe le 18 brumaire de l’an 2 (19/11/1793) à Marcheville dans la Meuse.

La petite histoire dans la grande histoire.


Écoutez la conférence