Une forêt de symboles

cv_gd_1024x768_webCet après-midi, le temple maçonnique d’Epinal était bien plein, tout juste comme il faut, réunissant, frères, sœurs, amis et surtout profanes vivement attentifs. Gérard DAVID, président pour les deux conférences de l’après-midi, nous a « mis en situation » par des propos qui furent plus que liminaires. Titrée « une forêt de symboles », son intervention introductive a rappelé, de façon synthétique mais précise, l’essence et les réalités de la franc-maçonnerie. Cette quête personnelle, associant l’Autre et permettant une salutaire prise de recul, doit pouvoir être évoquée à nos concitoyens profanes qui, souvent sans le savoir, incarnent les valeurs cultivées par le maçon. C’est le but recherché par ces Imaginales Maçonniques & Ésotériques ; faire partager nos valeurs, par le ressenti d’une ambiance, le vécu même bref d’une « méthode » de communication qui garantisse liberté, partage et approfondissement : postures fonctionnelles et régulation des prises de parole ont donc structuré cette conférence-débat.
Le frottement est permanent entre l’univers spirituel de la maçonnerie et le monde imaginaire de la poésie ; la finalité est commune : désenclaver la pensée, générer une parole neuve et féconde, ouvrir des horizons vitaux, sur la base d’un travail symbolique qui révèle, derrière le réel, l’essentiel de la condition humaine. La franc-maçonnerie est une poétique en action dans une « forêt de symboles ». Et si « le monde est le voile éclairant d’une splendeur qui se dérobe », la franc-maçonnerie demeure en quête de « cette parole perdue » qui est gage de féconde incomplétude. Appel émouvant, donc, sous la poésie de la « voûte étoilée », à « rassembler ce qui est épars » pour célébrer le monde en le réenchantant, et en s’émerveillant de la Vie.
jlm_1024x768_webjv_1024x768_webJean-Luc MAXENCE et Jacques VIALLEBESSET, les deux conférenciers placés en dialogue, sont dotés chacun d’une fertile et impressionnante bibliographie que le président n’a pu ici qu’évoquer. Cette conférence, partagée dans un esprit de profonde amitié, a semblé trop courte ; mais, sans aucun doute, elle a « donné grand faim ».
rr_1024x768_webLa seconde partie de l’après-midi était consacrée à un dialogue entre le poète Richard ROGNET, dont paraît ce jour le recueil de poésie «  dans le méandre des saisons » A la faveur du questionnement, tout en justesse et sensibilité de Claude VAUTRIN, écrivain et journaliste, a pu être mise en lumière la quête intérieure du poète, son osmose avec les éléments les plus secrets de la nature,le mouvement permanent de la recherche, questions posées au monde, au sens, à la langue et aux autres sur le sens fondamental de la vie.Beau moment ponctué de la lecture, par l’auteur, de textes issus de ses deux derniers recueils. Un moment rare,que cet entretien, dont l’intensité incitait le public à demeurer, en silence ou en parole partagée dans ce temple décidément plein de cette « forêt de symboles », source de réflexion mais aussi de réel émerveillement.

Publié dans Informations Tagués avec : , , , , , , , ,