L’Empire du Graal

eg-jr-600x350Après le rituel de l’ombre, le règne des « Illuminati », nos deux fidèles des IME sont revenus cette année pour l’empire du Graal. Ultime épreuve initiatique pour le commandant Marcas ?

Non, Eric Giacometti et Jacques Ravenne se sont intéressés au Graal à cause de son côté universel. Si on revient au texte de Chrétien de Troyes du 12è siècle (1180-1190), il n’y a aucune référence religieuse. Face à une vision souvent totalement chrétienne ou religieuse, le choix a été fait pour les deux auteurs d’infuser leur propre imaginaire. « Le texte originel de Chrétien de Troyes est un des premiers à ne pas être en latin » nous rappelle Jacques Ravenne.

Eric Giacometti et Jacques Ravenne ont en tout cas choisi de repartir à la quête de ce Graal mythique sous l’égide de ce texte fondateur, né à l’époque du catharisme et ce n’est pas anodin. « La volonté était sans doute alors de magnifier à nouveau l’esprit chevaleresque entre le rigueur du catharisme et le merveilleux de l’imaginaire » a expliqué Eric Giacometti. Et de poursuivre « qu’il existe néanmoins un besoin de s’évader à l’heure où la présentation du monde est oppressante ». Nous sommes passés au tout-raisonnable avec en parallèle une fascination pour les super-héros. Il y a en chacun de nous une part de ténèbres. Soyons donc clairs ! Cette coupe a traversé les siècles (45% des Français croient au Graal, selon un sondage). Pourquoi ce vase continue-t-il d’exercer une telle fascination ? « De l’imaginaire à la raison, il n’y a qu’un souffle de vent sur la chandelle de la raison » nous dit encore Eric Giacometti.

Mais au fait, que recèle ce Graal ? Que ce soit pour la version occitane, le récipient, ou le chaudron celtique, le merveilleux, que l’ancrage soit médiéval ou pas, le Graal perdure. Ce mythe né au Moyen-Age a gardé depuis tout son mystère auprès de tous. A l’exemple de la cantilène de Ste-Eulalie où le paysan prie Dieu pour qu’il lui ramène sa faucille tombée dans le puits. Et la religion catholique qui a fait l’analyse qu’elle perd petit à petit son aura veut remettre la main sur le Graal pour retrouver son lustre. « L’Eglise catholique, c’est la foi, Star Wars, c’est la force » nous dit encore Eric Giacometti. Cette recherche permanente du merveilleux possède cependant un côté obscur. A l’exemple du côté élitiste du Graal de Da Vinci Code. Quoi qu’il en soit, la quête du Graal est personnelle et en chacun de nous. C’est une quête de soi. Mais attention l’utilisation de l’article indéfini ou défini montre bien qu’il existe bien des Graal. Quoi qu’il en soit, la quête du Graal doit nous inviter à nous perfectionner à chaque instant à l’image de l’initiation que l’on redécouvre à chaque arrivée d’un nouveau maillon au sein d’un atelier.

La vie serait-elle arrivée par le biais d’un météore ? Corroborerait-elle ainsi la version du Graal qui serait une pierre. Le Graal proviendrait-il des chaudrons celtiques ou des mystères d’Eleusis ? Ce fameux mythe (et culte) de Déméter qui voyait les adeptes d’Eleusis boire un breuvage psychédélique (de l’ergot de seigle ?) aux vertus hallucinogènes qui pouvaient les mettre en contact avec des entités supra humaines. La vision magique de ce cratère, de cette coupe,…. est encore passée par là…

Le Graal nous conduit-il à l’éternelle jeunesse ? Pas forcément car le Graal a priori atteint, tous ont disparu. Volcan, cratère, chaudron, matrice,…  la quête du Graal nous invite à nous retrouver nous-mêmes. Entre le côté gauche de notre cerveau et l’imaginaire de la quête du Graal, où se situe l’équilibre ? Le Graal, vecteur de notre équilibre passe par des parts d’ombre (cf, Dédale et Minotaure) et des parts de lumière. Cela implique de toute façon que nous fassions l’impasse sur le péché d’orgueil dans notre quête de la lumière.

L’univers de « thriller » qui prévaut pour « l’empire du Graal » se veut assurément le miroir de notre société où règne par exemple une part de violence, loin d’un monde où tout va bien. L’idéal ne doit pas nous déconnecter d’une nécessaire lucidité. « Ordo ab chaos », l’ordre naît du chaos. Chacun a une vision de son Graal mais quoi qu’il en soit la Franc-Maçonnerie et son côté syncrétique font peu référence au Graal. Eric Giacometti et Jacques Ravenne, passeurs, conteurs, ont choisi ce samedi 28 mai de faire travailler notre cerveau droit où nous développons notre spiritualité et notre imaginaire. Même si le merveilleux dévoyé a encore de beaux jours devant lui.

Pierrick Balaud.

Publié dans Informations