La littérature maçonnique

On dit souvent que la franc-maçonnerie est une société de transmission orale, mais rien n’est plus inexact. En fait, depuis 1730 , date de parution de l’ouvrage de Samuel Prichard « Masonry dissected », « la franc-maçonnerie disséquée », des milliers et des milliers d’ouvrages de par le monde ont tout révélé de son histoire, de ses symboles, de ses rites, de ses valeurs, de ses engagements.
Mais, très tôt, nombre d’auteurs de fiction ont puisé dans cette « halle aux trésors  » de l’imaginaire maçonnique, de Goethe à Kipling, de Gérard de Nerval à Roger Peyrefitte, d’Alain Bauer et Roger Dachez à Eric Giacometti et Jacques Ravenne, depuis plus de deux siècles, la franc-maçonnerie suscite des « romans ».
Ce n’est pas le seul genre littéraire concerné, tout au long du dix-neuvième siècle, de nombreux auteurs de théâtre ont écrit des pièces de boulevard mettant en scène des francs-maçons et les mystères de la franc-maçonnerie ont trempé leur plume dans l’encrier de l’imaginaire maçonnique, en même temps que les scénaristes de bandes dessinées ne s’en emparent.
C’est donc à l’exploration de ce continent méconnu que je vous invite.