Glorification du corps initiatique : une voie pour l’occident.

frederic_vincent_300x225Frédéric Vincent est psychanalyste et docteur en sociologie, chargé de cours en Sorbonne, il revient pour la seconde année aux Imaginales Maçonnique et Esotériques.
Avant le 15 ème siècle, la vie de l’homme était essentiellement communautaire, puis l’individualisme se crée d’où une coupure avec son corps et les Autres. Ainsi pour Descartes, le corps de l’homme se définit comme essentiellement machinerie. Il faudra les années 60 avec le New Age, pour intégrer les notions de post-modernité, où l’individu va intégrer la nécessité de se réapproprier son corps, ce par les biais des apports nouveaux, issus d’autres civilisations, ce afin d’intégrer des pratiques nouvelles (homéopathie, acupuncture, méditation, tai chi…). Dès l’instant où l’on pense à son corps comme à un lieu de transformation, on intègre la notion de corps initiatique !

Corps et Moyen-Age : beaucoup de fêtes et de réjouissances en commun qui s’efforcent de renverser l’ordre établi, et où il y a suspension des usages communs et tentative de redonner au corps une autonomie ! C’est une exaltation dyonisiaque, qui rappelle l’homme rabelaisien dans une osmose du corps et un monde en pleine activité ;
Mais quant intervient donc le changement paradigmatique ? Dès le concile de Tours en 1163, il est fait interdiction aux médecins de faire couler le sang, ce qui sera dévolu aux chirurgiens laics, cela prélude à la rationalisation du corps ;

Evolution aussi lors du Quatrocento, où l’intérêt personnel commence à émerger, comme chez Machiavel dans le Prince, ou avec la personnalité de Laurent de Medicis, avec une élévation du sentiment d’appartenir au monde ; c’est le début du portrait privé, et non réservé au religieux… L’artiste signe désormais ses œuvres.

Le corps devient un lieu où l’on inscrit sa différence avec les Autres. Puis survient l’homme « anatomisé », avec Vesale, et le corps devient un objet. Avec l’apparition de la dissection, le corps est vidé de son mystère, il devient une machine selon Descartes, comme un automate conscient. Vinci sera aussi un acteur prédominant de ce tournant important.
Plus tard, avec Freud, apparait le corps holistique, il s’agit d’une grande révolution aux influences multiples ; l’homme a un savoir biomédical depuis l’école mais désormais, face au praticien, il y a obligation de considérer le patient au-delà d’un traitement purement chimique et donc de soigner aussi la psyché.

Le techno-âge : de nouvelles connexions au monde surviennent, affiliées au Big Data ! Apparait désormais la notion de transhumanisme, avec une possibilité d’atteindre le Graal ? Plus concrétement, des évolutions apparaissent comme Internet, le co-voiturage, l’écologie….Il y a une réelle production de l’imaginaire au cinéma : Avatar, Le seigneur des anneaux, Matrix, comme autant de gestes initiatiques. Désormais, l’homme bricole des représentations de son corps, il se soucie de retrouver des liens avec les autres et la nature. La démarche est lancée, à l’instar du réenchantement du monde, en somme de rassembler ce qui est épars !

Quid du post-humanisme ? attention aux dérives sectaires à ce propos comme avec Rael ( clonage, voyages extra-corporels…) Un seul rempart, l’éthique, et … la sagesse acquise comme en Franc-Maçonnerie !

Publié dans Informations