Gestuelle à Compostelle

georges_bertin_300x225Notre conférencier est un sociologue de l’Imaginaire, il vit à Angers ; c’est un homme engagé, membre des Carnets européens de sociologie. Il a écrit sur les mythes, le symbolisme, et il est reconnu désormais comme l’un des meilleurs spécialistes de « La Table Ronde » !

En 2009, il décide de partir vers Compostelle depuis Angers, soit 113 jours de marche en suivant la voie lactée ; fabuleuse épreuve depuis les douceurs angevines, comme à la poursuite d’un mythe, de la hiérophanie, ou encore à la quête du Graal ! C’est une réelle démarche initiatique vers Saint Jacques, émaillée par des mythes éternels comme le saint, l’étoile, le matamore, Hermès, ou encore Isis.

Cette quête possède des espaces fixés comme : « Jérusalem-Jésus, Rome-Pierre, et Compostelle-Jacques ! Le pèlerin se définit comme un errant, troubadour, chevalier, clerc ou moine, ce afin d’exercer une forme d’ascèse, exaucer un vœu, une pénitence ou dans un idéal missionnaire… Les attributs du pèlerin : le chapeau = secours divin, le manteau = protection, la coquille pour la nature, la bourse pour la solidarité et le bourdon pour la défense et l’appui.

Les valeurs : se surpasser au-delà des croyances, les aspects spirituels ou religieux, la nature. Pour la fréquentation du pèlerinage, sachons qu’en 2015, on comptais 250 000 marcheurs de 50 nationalités différentes !

On est dans le « lâcher prise » comme avec Maffesoli, la liberté-libération du corps, dans une déambulation se situant tel un tribut postmoderne, où la parole circule, les histoires se croisent, et il s’agit d’une véritable thérapie, environnée par une sociabilité évidente. Face aux « cuirasses caractérielles » induites par le monde environnant, l’on accède au lâcher prise fondamental, avec des évidences comme charge-décharge, expansion-relaxation, et c’est une redécouverte, une renaissance et une réagrégation.

Pour mieux caractériser l’aspect très symbolique de cette quête, le conférencier nous précise qu’à l’arrivée à Saint-Jacques, chaque pèlerin se doit de brûler un des vêtements portés durant la marche, comme afin de tuer le vieil homme.

En conclusion, le Graal s’exprime ici par cette quête d’absolu dans un lieu de commencement, jusqu’au cœur du mystère !

jacky_martin_300x225Jacky Martin.

Publié dans Informations